Fragment(s)

 

 « Je suis passé à l’étude
j’ai pris les tracts
J’ai caché la vie d’Abdelkader
J’ai ressenti la force des idées
J’ai trouvé l’Algérie irascible
Sa respiration, la respiration de l’Algérie suffisait…
Suffisait à chasser les mouches »
Kateb Yacine – Nedjma
 1945. La France fête la libération. Dans une prison à Sétif, un jeune homme lutte contre ses voix intérieures. Soliloque exalté, son combat contre l’oppresseur devient une quête identitaire, une divagation aux confins de la folie.
Voici une brève en trois actes inspirée de l’œuvre du romancier algérien Kateb Yacine qui nous interroge sur l’ exil, le déracinement. La langue française y est à la fois matrice aliénante mais aussi force de contestation.
On découvre le personnage de Lakdhar, algérien révolté, errant sur les chantiers, échappant à ses destins ; un homme sans refuge.
C’ est une combat hors sens autour de l’identité, ce qui nous façonne entre langage et héritage, un drame à la portée universelle.

 

Création 2016 – adaptation libre de l’œuvre de Kateb Yacine
Brève en Castelet
durée : 30 min
A partir de 12 ans
Création plastique et sonore, mise en scène, interprétation : César Lafont
Regard extérieur : Kamille Chante
Regard complice, défricheuse d’idées : Mathilde Gerlier